La Ferme de la cocotte d’or – Elevage de poules pondeuses bio et verger conservatoire en agriculture paysanne et biologique

J’ai commencé à rêver de m’inscrire dans une démarche d’installation agricole, j’ai formulé des projets, que j’ai mis de côté, le temps de devenir maman et de prendre soin des mes enfants durant leurs premières années. Pendant mon congé parental, l’idée de devenir agricultrice a mûri et j’ai choisi de m’associer aux poules pour produire des œufs en agriculture biologique.

Myriam

Mon projet : un élevage à taille humaine, respectueux du bien-être animale et de l’environnement

Familière de la présence des poules quand j’étais enfant, j’aime la place de l’oeuf dans la gamme alimentaire : bonne source de protéines animales sans être de la viande, l’élevage de volailles ayant un bilan énergétique soutenable, j’ai confirmé ce choix et entamé des premières démarches en rencontrant des agricultrices en février 2014. En septembre 2014, j’entame une formation agricole, le BPREA (Brevet professionnel de responsable d’exploitation agricole) puis je mets en place mon projet.

Aujourd’hui, j’envisage d’accueillir 500 poules sur 1,4 ha. Les parcours des poules sont plantés d’arbres fruitiers de variétés anciennes et locales sélectionnées avec l’appui des Croqueurs de pomme et financés par la région Bourgogne Franche Comté.Un premier poulailler a accueilli en février 2017 un premier lot de 250 poules pour la production d’oeufs extra-frais, certifiés bio par Alpes Sud Contrôle.Ce poulailler a été auto-construit avec l’accompagnement de l’Atelier
Paysan et d’un charpentier, Emmanuel Clair de la SCOP Assobois.

En 2018, un deuxième poulailler sera construit pour accueillir 250 poules supplémentaires.

Contact : fermedelacocottedor@alternatives-agriculturelles.fr

Mon chemin vers les poules

J’ai quitté ma Haute Savoie natale pour Lyon où j’ai fait des études en Arts du Spectacle. Puis, j’ai poursuivi ma migration vers Paris pour des raisons professionnelles où j’ai aussi eu l’occasion de me former à la comptabilité. En 2007, après 5 années parisiennes, je suis revenue à Lyon avec l’envie de trouver plus de sens à ma vie en m’impliquant dans le milieu associatif. Là, j’ai rencontré le mouvement des AMAP, les coulisses de l’alimentation, le visage des paysans qui chaque semaine venaient livrer leur production, j’ai découvert leurs métiers, leur vie, leurs valeurs, leurs problématiques, le soutien qu’on pouvait leur apporter par notre engagement dans une AMAP. J’ai reçu un message simple : il n’y a pas assez d’agriculteurs en bio pour répondre à la demande de nos ventres soucieux de la qualité de notre alimentation, et les enjeux liés à l’alimentation vont bien au delà du simple fait « d’acheter à manger ».

J’ai commencé à rêver de m’inscrire dans une démarche d’installation agricole, j’ai formulé des projets, que j’ai mis de côté, le temps de devenir maman et de prendre soin des mes enfants durant leurs premières années. Pendant mon congé parental, l’idée de devenir agricultrice a mûri et j’ai choisi de m’associer aux poules pour produire des œufs en agriculture biologique.

Les actualités du projet poules