Bienvenue sur notre blog

Toutes les actualités du collectif pour des alternatives agri-culturelles

Troquons nos graines!

C’est parti pour notre saison 2017 et avec elle notre tout premier rdv de l’année! Les jardins vont bientôt se réveiller et les jardiniers commencer leurs semis. Nous vous proposons de participer à notre troc de graines annuel et convivial  le dimanche 26 février, de 14h à 18h, au café associatif du 28-30 rue de la gare à Mâlain. Le principe est simple: Venez avec vos graines de plantes potagères et ornementales disponibles au troc et faites vos échanges avec les autres troqueurs librement, des petits sachets seront à votre disposition si vous en manquez. Nos conseils: échangez les semences de plantes dont vous connaissez la famille et la variété, le lieu et l’année de production (car les graines ont des durées germinatives limitées). Si vous proposez au troc une variété que vous avez achetée, évitez les graines hybrides (type F1) car celles-ci ne sont pas reproductibles. Pourquoi troquer les graines? Pour vous permettre d’accéder à de nombreuses variétés de plantes potagères et ornementales originales, anciennes et reproductibles, à travers une démarche non marchande. Pour participer à la protection de la biodiversité cultivée et des savoir-faire qui l’accompagnent: en un siècle et à grands coups de standardisation industrielle, nous avons perdu plus de 70% de ce merveilleux patrimoine commun! Aux graines citoyens! Nous mettrons à disposition boissons chaudes,  boissons fraîches et gâteaux, apportez un petit quelque chose si vous le voulez. A tout bientôt! La Milpa et le groupe « échanges non marchands » du Risomes (merci à eux pour la co-organisation!)... lire plus

Reporterre // A Mâlain, on invente l’alternative agriculturelle

Reportage photographique de Jessica Vuillaume publié sur le site Reporterre.org Dans ce village de Côte-d’Or, un groupe animé par l’envie de reconnecter l’agriculture au territoire fait grandir un projet autant agricole que culturel, mêlant vignoble bio, culture du houblon, élevage de poules, mais aussi café associatif, habitat participatif ou encore université populaire. Reportage photographique. A lire sur... lire plus

[universite-populaire] Arpentage du livre « La démocratie aux champs »

Le groupe « Université populaire et buissonnière » de RISOMES propose aux adhérent-e-s qui le souhaitent une petite séance d’arpentage du livre « La démocratie aux champs » de Joëlle Zask (La Découverte, 2016)*. Quand ? => Le vendredi 20 janvier à 17h30 Où ? => Chez Florence – 52 Rue de la Croix de Molphey à Agey (rue principale, 100 m après l’église, sur la droite quand on va en direction de Remilly en Montagne). Mais l’arpentage, c’est quoi ? => C’est une méthode de découverte et de lecture collectives d’un ouvrage, en vue de son appropriation critique. En savoir plus sur cette méthode issue de l’éducation populaire. Les places sont limitées, merci de prévenir de votre présence en envoyant un petit mail à : universite-populaire@risomes.org ———————– « La démocratie aux champs » de Joëlle Zask (La Découverte, 2016) On a l’habitude de penser que la démocratie moderne vient des Lumières, de l’usine, du commerce, de la ville. Opposé au citadin et même au citoyen, le paysan serait au mieux primitif et proche de la nature, au pire arriéré et réactionnaire. À l’opposé de cette vision, ce livre examine ce qui, dans les relations entre les cultivateurs et la terre cultivée, favorise l’essor des valeurs démocratiques et la formation de la citoyenneté. Défi le alors sous nos yeux un cortège étonnant d’expériences agricoles, les unes antiques, les autres actuelles ; du jardin d’Éden qu’Adam doit « cultiver » et aussi « garder » à la « petite république » que fut la ferme pour Jefferson ; des chambrées et foyers médiévaux au lopin de terre russe ; du jardin ouvrier au jardin thérapeutique ;... lire plus

Lettre d’information n°7 de RISOMES – Décembre 2016

EDITO « Pépinière buissonnante d’initiatives pour une transition écologique et sociale« , tels fuent les mots que nous avions choisis pour décrire le projet de RISOMES à son lancement. Au cours de ces 10 mois de fonctionnement pour l’association, ces mots ont progressivement pris corps et sens : dans le partage d’idées, de réflexions et de savoirs ; dans l’action collective concrète ; dans la mise une place d’une organisation où l’objectif est que chacun-e puisse trouver sa place. Mais si l’envie de faire ensemble et l’enthousiasme de se retrouver pour faire avancer ses idées sont bien au rendez-vous, ne perdons pas de vue que les projets lancés par les différents groupes sont de véritables montagnes à gravir ! Lancer un projet d’épicerie bio, locale, participative, … là où le feu d’une culture de la consommation insoutenable ne cesse d’être entretenu par les mastodontes de la grande distribution. Lancer un projet de café associatif reposant entièrement sur l’engagement bénévole là où la société de l’accélération dans laquelle nous sommes embarqués laisse si peu de temps et de considération pour l’oeuvre non lucrative ou non directement « productive ». Lancer des actions d’échanges non-marchands précisement à l’époque où tout est marchandisé, y compris ce qui devrait être des biens communs. Lancer un projet d’université populaire en milieu rural alors que reigne le culte des experts et que la légitimité des savoirs de l’expérience, des savoirs co-construits dans l’action, est constamment remise en cause. « Qui veut gravir une montagne commence par le bas« , un beau proverbe qui illustre bien la démarche de RISOMES : avancer ensemble tranquillement, franchir des étapes, parier sur l’intelligence collective, tolérer... lire plus

[RISOMES] Des nouvelles du groupe « Epicerie »

Synthèse de l’avancement du groupe épicerie de RISOMES 6 mois après le lancement du projet Le groupe épicerie, actuellement composé d’une dizaine de personnes, se sera réuni 6 fois jusqu’à fin 2016. A chaque fois, un compte-rendu a été fait afin que les absent-e-s et les 18 personnes inscrites sur la liste de discussion aient le même niveau d’informations pour suivre les avancées du projet. Il y a eu beaucoup de réflexions sur la forme de l’épicerie que nous souhaiterions mettre en place. Ce qui est décidé, est la mise en place d’une épicerie couplée à un magasin de producteurs et dans le meilleur scénario accompagné d’un atelier de transformation. Cet atelier pourra être co-construit avec des porteurs de projets du GFA citoyen Champs Libres. La forme juridique n’est pas encore fixée. A l’heure actuelle, une SCIC (Société Coopérative d’Intérêt Collectif) semble être la forme la plus adaptée au projet (une telle société permet de créer différents collèges : producteurs, associés usagers, personnes morales, associés salariés, …). Nous avons eu plusieurs propositions de locaux sur Pont de Pany et Fleurey-sur-Ouche, que nous devons étudier et visiter. Et nous attendons également plusieurs offres pour acheter du matériel d’occasion afin de réduire les coûts d’installation (étagères, distributeurs de vrac,…). Nous sommes convaincus de l’utilité sociale et écologique d’un tel projet. Une étude de marché a été initiée afin de vérifier sa viabilité économique. Beaucoup de contacts avec d’autres épiceries ont été pris afin de partager leurs expériences de connaître leur liste de fournisseurs, sans oublier de créer des partenariats chaque fois que ce sera possible. Enfin, nous sommes suivis par le pôle d’économie solidaire (prochaine rencontre en janvier) qui... lire plus

Eloge du pissenlit

Si la voie agriculturelle, fondée sur une agriculture écologique, paysanne et citoyenne s’étend à travers d’innombrables initiatives aujourd’hui, elle est sans cesse contrebalancée et contrecarrée par la relance permanente des grands projets de modernisation agricole rêvant de biotechnologie, de tracteurs High Tech, d’économie d’échelle et de compétitivité. Ce conflit s’observe partout et ne cesse de nous bloquer, dans les médias qui célèbrent le producteur bio tout en vantant les derniers gadgets du salon de l’agriculture, comme dans nos activités les plus ordinaires. Construire une autre culture de l’agriculture implique de se réapproprier la connaissance du monde et la maîtrise de nos milieux de vie, de sortir des injonctions contradictoires qui sclérosent en permanence nos vies. Comment changer nos imaginaires pour rendre possible un changement de notre emprise matérielle sur le monde ? Vaste question, qu’un petit détour par nos jardins peut peut-être aider à éclairer. Existe-t-il une chose plus étrange et plus symptomatique de nos contradictions actuelles que ces pelouses de gazon bien vertes et bien taillées qui prolifèrent chaque printemps, d’où les pissenlits et autres herbes considérées comme mauvaises sont éliminées ? Techniquement, une pelouse désigne une surface d’herbes de faible hauteur, il en existe toutes sortes : elles peuvent être sèches dans les zones calcaires, dunaires près de la mer, d’altitude en montagne. Elles dépendent des climats, des types de sols, du pastoralisme et des activités agricoles, et elles accueillent une riche biodiversité. Mais depuis un siècle, ces pelouses reculent massivement sous l’effet de l’urbanisation, de l’agriculture intensive, du surpâturage ou, à l’inverse, des déprises agricoles. Il est en revanche un autre type de pelouse qui ne connaît pas... lire plus

Projection-débat du film « La guerre des graines » – 18 novembre 2016 (20h)

Vendredi 18 novembre à 20h – Salle des fêtes de Mâlain (21) PROJECTION-DEBAT du film « La guerre des graines » Un film de Stenka Quillet et Clément Montfort Les graines sont le premier maillon de notre alimentation. Mais dans un avenir très proche, les agriculteurs n’auront peut-être plus le droit de ressemer leurs propres graines. En Europe, une loi tente de contrôler l’utilisation des semences agricoles. Derrière cette confiscation, 5 grands semenciers détiennent déjà la moitié du marché des graines. La résistance paysanne s’organise malicieusement dans les campagnes. De l’Inde à Bruxelles, en passant par la France et la Norvège, enquête sur la guerre des graines, qui menace plus d’un milliard d’agriculteurs et tous les habitants de la planète. La thématique des semences est très présente au sein des alternatives agri-culturelles portées à Mâlain ; notamment avec l’activité de cultures de céréales paysannes, biologiques et panifiables, et le jardin potager permaculturel La Milpa. Cette projection est organisée par le groupe « Université populaire » de l’association RISOMES dans le cadre du Festival AlimenTerre.  Elle sera suivie d’un débat et de témoignages, ainsi que d’un pot convivial. L’entrée est gratuite, une participation libre sera proposée.   Organisé chaque année du 15 octobre au 30 novembre, le Festival de films ALIMENTERRE est un évènement international qui amène les citoyens à comprendre les causes de la faim et à se mobiliser pour le droit à l’alimentation. Autour d’une sélection de films, le Festival invite à participer à des débats lors de projections et à rencontrer des acteurs divers venus d’ici et d’ailleurs qui œuvrent pour une agriculture et une alimentation... lire plus

Chantier participatif: Conception de buttes de culture en pétales.

En ce moment à La Milpa ça pioche, ça greline, ça mesure, ça plante, ça repique bref…ça bosse! Fraisiers, framboisiers, bulbes et autres vivaces prennent petit à petit place dans le jardin et les travaux de la mare ont commencé!   La Milpa vous propose de prendre part à ses travaux d’aménagement à travers un chantier participatif pour la conception de buttes de culture potagères en forme de pétales.  Ces buttes font partie du pattern « fleur » du design.  Dans ce pattern, la mare sera placée au centre pour en représenter le cœur, les buttes de cultures en pétales seront disposées autour de celui-ci.    En permaculture, le principe du pattern consiste à conceptualiser un aménagement du design en se basant sur des formes présentes dans la nature, ceci pour des raisons variées (résoudre des problèmes, optimiser l’aménagement, faire dialoguer les espaces entre eux et avec la nature environnante…). Où et Quand? au 28-30 rue de la Gare à Mâlain Le dimanche 30 octobre de 9h à 16h               Au programme: Accueil à partir de 9h, vous pouvez stationner sur le parking de la Gare. Visite du terrain, présentation du « ptit nouveau » de la Milpa et du déroulement de la journée. Début du chantier à 9.45h: organisation en groupes de travail, préparation du terrain, rassemblement des matières etc. Repas partagé de 12h à 14h (chacun amène ce qu’il veut, pouvant être partagé). Reprise du chantier à 14h. 16h: photo de groupe! Café, thé, tisanes, jus de fruits et biscuits seront à disposition toute la journée. Apportez vos outils et protections: gants, bottes s’il a... lire plus

Après l’AG du GFA : l’aventure continue de plus belle !

Samedi 17 septembre, nous étions environ 80 à nous retrouver dans le poulailler de Myriam pour l’AG 2016 du GFA citoyen Champs Libres. Dans une ambiance chaleureuse, et ceci malgré le froid, cette AG fut l’occasion de faire le bilan de la première année de fonctionnement du GFA (rapport d’activité disponible ici) et de faire le point sur l’avancement des différents projets. En plus des projets en cours d’installation sur les terres du GFA (élevage de poules pondeuses/verger conservatoire – porté par Myriam – et jardin potager en permaculture – porté par Hélène), deux nouveaux projets ont été présentés : culture de houblons par Renaud (dans le cadre de la mise en place de la brasserie artisanale de Jennifer) et culture de céréales paysannes (dans le cadre de l’activité de paysan-boulanger de Cyril). Elevage de poules / Verger conservatoire Jardin potager en permaculture Culture de céréales panifiables Culture de houblons Afin de répondre aux besoins en foncier pour ces projets, nous avons identifié 3 ha de terres à acheter sur Mâlain et Beaume-la-Roche. C’est pourquoi nous avions ouvert de nouveau le capital social du GFA à la participation citoyenne afin de récolter 7000 Euros. L’objectif a été largement atteint puisque samedi 17 septembre, le GFA a augmenté son capital social de 14 000 Euros grâce à la participation de 17 nouveaux associés et à l’augmentation de la participation de 28 associés. Composé aujourd’hui de 126 associé-e-s, le GFA citoyen Champs Libres continue donc son chemin pour que l’agriculture redevienne une préoccupation citoyenne et la terre notre bien commun. Merci à tout-e-s les participant-e-s, bienvenu-e et merci aux nouveaux associé-e-s, merci à Myriam de nous... lire plus

Local Harvester !

Coucou les amateurs de bon pain et passionnés de la graine! J’ai un peu tardé à rédiger un petit article, c’est vrai… et depuis un mois, maturent dans une vieille grange d’un village voisin, tous mes big-bags de blé. Au moins tout ça!!! Les Echos titrait fin juillet: 2016, la pire récolte de blé en France depuis 40 ans 1976, certains l’ont connu… la grande sécheresse! 2016, tout le monde a vécu plus ou moins les inondations Et pourtant, et pourtant… Pour ma part, mes rendements ont été normaux par rapport à la normale. Mais en fait, c’est quoi la normale??? Plusieurs approches s’offrent à nous: – ce qu’à fait le voisin, – ce qu’on dit dans le monde de « la variété ancienne » (très confidentiel mais d’une ouverture exemplaire), – ce que nous disent les écris de Mâlain de la première moitié du XXème  s. – BFM TV (…) :\ Le souci de la référence voisine est que les agris voisins sont pour la plupart en « conventionnel », et surtout en variété moderne (mais ça va changer, espérons le). En général on dit entre 15 et 25 qtx/ha dans le milieu des bios en variétés anciennes, ou plutôt devrait-on dire « blés à pailles hautes »…car rien n’est plus moderne que ces graines , cultivées cette année, d’abord! issus d’une sélection massale paysanne et transmis de génération en génération, et qui revêtent une alternative de plus en plus remarquée, notamment pour leurs vertus nutritives, nous le savons maintenant. Il va falloir d’autant plus se pencher dessus dans les années à venir (cf association Graines de Noé). Donc souvent, en condition normale, il... lire plus

Le poulailler est sortie de terre !

Retour sur le chantier participatif d’auto-construction du poulailler qui a eu lieu début juillet. Ce chantier collectif s’est fait dans le cadre d’une formation de à l’auto-construciton de bâtiment agricole avec l’Atelier Paysan, et a été accompagné par la SCOP Assobois. >>> Visualiser le montage vidéo du déroulement du chantier >>> Et quelques photos par ici Et ça continue de bien avancer... lire plus